CITROËN EN MISSION « REMONTADA »

download-pdf
download-image
download-all
lun, 21/10/2019 - 16:15

Seule manche véritablement mixte terre / asphalte du calendrier, cet avant dernier rallye de la saison WRC verra à nouveau Sébastien Ogier – Julien Ingrassia et Esapekka Lappi – Janne Ferm, les représentants du Citroën Total World Rally Team, jeter toutes leurs forces dans la bataille, pour permettre aux premiers cités de continuer à briguer à bord de C3 WRC une septième couronne mondiale consécutive.



Challenge ultime par excellence, ce rallye impose aux équipages de sauter d’une surface à l’autre sans temps d’adaptation. Il nécessite également que les montures soient aussi performantes sur la terre du premier jour que sur l’asphalte des deux suivants, tandis que les équipes techniques doivent accomplir le tour de force de passer d’une configuration à l’autre en un temps réduit. Double vainqueur sortant de l’épreuve, le Citroën Total World Rally Team a déjà montré son savoir faire en la matière, et compte un total de onze victoires en Catalogne, soit cinq (2010, 2011, 2012, 2017 et 2018) depuis que la mixité de terrain est en vigueur. Avec Sébastien Ogier et Julien Ingrassia, quant à eux auréolés de lauriers à trois reprises sur ces terres (2013, 2014 et 2016), l’équipe des Rouges présente de solides arguments et nourrit donc de légitimes ambitions, même si la deuxième position en piste de l’équipage tricolore le vendredi ne constituera pas un avantage. Mais confortés par les récents essais effectués à bord de C3 WRC, ils abordent l’événement déterminés à tenter d’inverser la tendance au championnat.

Dotés d’un ordre de départs intéressant (7e) en cas de temps clément le premier jour, Esapekka Lappi et Janne Ferm pourraient eux aussi constituer de sérieux prétendants aux places d’honneur, en même temps que des alliés de poids pour Sébastien et Julien. D’autant qu’Esapekka évolue désormais en pleine osmose avec C3 WRC sur terre, en attestent ses deuxièmes places finlandaises et turques et que les chronos asphaltés au menu, très typés circuit, ne sont pas sans lui rappeler son passé de kartman.

Pour mettre toutes les chances de son côté, le team tricolore a mené une grosse séance de quatre jours de roulage en Catalogne, consacré presque exclusivement à l’optimisation de la compétitivité de C3 WRC sur le bitume (trois jours), et si l’humilité et l’application restent de mise dans ses rangs, les progrès enregistrés à cette occasion sont porteurs d’espoirs quant à ses velléités de ne rien lâcher au championnat.

 

RÉACTIONS DE…

Pierre Budar, Directeur de Citroën Racing
« Il est évident que ce rendez-vous revêt une importance capitale pour nous si nous voulons rester dans la course au titre, et bien que nous en sommes doubles vainqueurs sortants, nous l’avons préparé avec un sérieux, une minutie et une motivation encore décuplés. Nous avons axé nos essais sur l’asphalte, et nous y avons réalisé des progrès sensibles en combinant nos efforts sur les différentiels, la géométrie et l’amortissement, même si seule la course nous dira si c’est suffisant ou pas. Pour la terre, si nous pouvons encore faire mieux, nous avons démontré ces derniers temps être en progrès sur cette surface, aussi nous avons fait en sorte de capitaliser sur cette base solide et l’optimiser encore dans notre travail de préparation à l’atelier. »

Sébastien Ogier, Pilote du Citroën Total WRT
« Je suis partisan de la diversité, aussi j’affectionne ce rallye et je l’aborde avec la ferme intention d’y marquer de gros points. Nous n’avons pas d’autre choix que celui de reprendre des unités à Ott pour continuer à espérer. Avec l’influence de la position en piste, la première journée sur terre nous complique forcément la tâche mais je ne vais pas me poser plus de questions que d’ordinaire. Je suis confiant quant au fait que nous serons plus performants sur le tarmac, les sensations en tests étaient bien meilleures que ces derniers temps, mais seuls le chronomètre et l’adversité nous permettront de vérifier si le pas en avant réalisé est suffisamment important. »

Nombre de participations à l'épreuve : 11
Nombre de victoires : 3 (2013, 2014 et 2016)

Esapekka Lappi, Pilote du Citroën Total WRT
« J’aime l’idée de disputer un rallye à surface mixte, même si cela représente un sacré défi, avec la nécessité notamment le samedi matin de passer sans transition de la terre à l’asphalte et d’être immédiatement dans le coup dès le premier virage. J’espère qu’il fera sec le vendredi et que je pourrais tirer profit de mon ordre de départs, d’autant que nous avons démontré être aujourd’hui à un bon niveau sur terre. J’adore les spéciales bitumées, elles sont roulantes, rapides parfois, et globalement propres s’il ne pleut pas. Ce sont celles qui m’évoquent le plus mon passé de pistard. On devrait y être plus compétitifs que sur les précédentes manches asphaltes, car nous avons mis le doigt sur quelque chose, mais il faudra attendre les premiers chronos sur ce revêtement pour savoir où l’on se situe véritablement. »

Nombre de participations à l'épreuve : 3
Meilleur résultat :7e (2018)

 

CHIFFRES-CLÉS

17 spéciales totalisant 325,56 km chronométrés
1h15’ soit le temps d’intervention alloué le vendredi soir aux équipes techniques pour passer les autos de la configuration terre à la version asphalte
32 pneumatiques Michelin à disposition, dont 16 terre (à choisir parmi 10 médiums et 16 durs) et 16 asphalte (à choisir parmi 12 tendres, 16 durs et 8 pluies)
11 succès remportés par Citroën au rallye d’Espagne : 1 avec Xsara Kit-Car (1999), 2 avec Xsara WRC (2005 et 2006), 4 avec C4 WRC (2007, 2008, 2009 et 2010), 2 avec DS3 WRC (2011 et 2012) et 2 avec C3 WRC (2017 et 2018).

 

PROGRAMME DU RALLYE D’ESPAGNE (GMT +2 jusqu’au 27/10, GMT+1 ensuite)

Seule épreuve véritablement mixte du calendrier et ce depuis 2010, le rallye d’Espagne débute le vendredi par une étape sur terre comptant 129,70 kilomètres chronométrés, ce qui en fait la plus longue du week-end. Sur ces pistes variées ayant tendance à se balayer par temps sec, l’ordre de départs joue toujours un rôle prépondérant, au même titre d’ailleurs que la poussière, laquelle reste souvent en suspension de très longues minutes. A moins que le mauvais temps ne soit de la partie, auquel cas les cartes pourraient être complètement rebattues… Cette étape aura une nouvelle fois pour temps fort les deux passages dans l’ex spéciale de Terra Alta, rebaptisée La Fatarella – Vilalba (38,85 km) dont les nombreux kilomètres asphaltés, très techniques, à négocier en pneus terre, sont propices aux écarts. Les journées du samedi et du dimanche se disputeront quant à elles sur les routes bitumées de la Catalogne, très typées circuit, avec respectivement 121,72 kilomètres chronométrés puis 74,14, au programme.

Le parcours de ce nouveau cru est une copie quasi conforme du tracé de l’édition passée. Seuls véritables changements, la suppression de la super-spéciale d’ouverture dans les rues de Barcelone, et le remplacement le dimanche de l’ES de Santa Marina par celle de la Mussara (20,72 km), empruntée pour la dernière fois en 2014 en sens inverse, laquelle fera désormais office de Power Stage.

Qui dit mixité de surface, dit changement de configuration des voitures, de la version terre à celle pour l’asphalte le vendredi soir. D’où un temps d’assistance porté à une heure quinze minutes alors qu’il est d’ordinaire de quarante-cinq minutes. Même si elles s’entraînent en amont à l’atelier à un tel exercice, le défi reste de taille pour les équipes techniques, et réserve un sacré ballet mécanique aux nombreux spectateurs souvent présents dans le parc pour y assister.

 

JEUDI 24 OCTOBRE
09h01 : Shakedown (2,00 km sur terre)
19h00 : Podium de départ (Salou)

VENDREDI 25 OCTOBRE
08h00 : Départ du parc d’assistance de PortAventura
09h23 : ES 1 – Gandesa 1 (7,00 km)
10h03 : ES 2 – Horta-Bot 1 (19,00 km)
11h13 : ES 3 – La Fatarella – Vilalba 1 (38,85 km)
13h23 : Assistance A (PortAventura – 40’)
15h26 : ES 4 – Gandesa 2 (7,00 km)
16h06 : ES 5 – Horta-Bot 2 (19,00 km)
17h16 : ES 6 – La Fatarella – Vilalba 2 (38,85 km)
19h51 : Flexi assistance B (PortAventura – 1h15’)

SAMEDI 26 OCTOBRE
07h30 : Départ et assistance C (PortAventura – 15’)
09h00 : ES 7 – Savallà 1 (14,08 km)
09h41 : ES 8 – Querol 1 (21,26 km)
10h38 : ES 9 – El Montmell 1 (24,40 km)
12h10 : Assistance D (PortAventura – 40')
14h01 : ES 10 – Savallà 2 (14,08 km)
14h42 : ES 11 – Querol 2 (21,26 km)
15h38 : ES 12 – El Montmell 2 (24,40 km)
17h30 : ES 13 – Salou (2,24 km)
18h00 : Flexi assistance E (PortAventura – 45’)

DIMANCHE 27 OCTOBRE
06h45 : Départ et assistance F (PortAventura – 15’)
07h41 : ES 14 – Riudecanyes 1 (16,35 km)
08h38 : ES 15 – La Mussara 1 (20,72 km)
09h48 : Assistance G (PortAventura – 30’)
10h54 : ES 16 – Riudecanyes 2 (16,35 km)
12h18 : ES 17 – La Mussara 2 Power Stage (20,72 km)
13h41 : Assistance H (PortAventura – 10’)
14h01 : Podium (Salou)

 

CONTACT PRESSE
Fanny CABANES - Tél. : +41 44 746 23 07 - fanny.cabanes@mpsa.com

Scroll